Mercredi 20 mars 2019 : 4eme jour Kilkenny

Aujourd’hui nous avons prévu de visiter la ville qui nous a accueilli pendant ce quelques jours en Irlande.

Nous nous trompons en visitant Saint Mary’s cathedral pensant être à LA cathédrale de Kilkenny mais elle vaut aussi le détour. La cathédrale Sainte-Marie de Kilkenny, également appelée église de Saint-Kieran ou cathédrale de l’Assomption, est une cathédrale catholique irlandaise. Elle est le siège du diocèse catholique d’Ossory, existant depuis 549. Sa construction commence en avril 1843 et s’achève en 1857, incluant donc la période de la Grande famine. Elle est inaugurée le 4 octobre 1857. Sainte-Marie est construite en pierre calcaire. La cathédrale a un plan en croix, et son style est décrit comme du « gothique anglais précoce ». Le diocèse d’Ossory est un diocèse suffragant de l’archidiocèse, diocèse (Dans l’Église catholique, circonscription ecclésiastique sur laquelle un évêque, en communion avec l’Église de Rome, a juridiction.) d’un évêque, de Dublin en Irlande, érigé en 1678. Un diocèse suffragant est dirigé indirectement par un évêque métropolitain au sein d’une province ecclésiastique, dont celui ci est l’archevêque.
Suffragant signifie littéralement qui participe au suffrage et désigne dans le vocabulaire chrétien un pasteur qui agit non pas de sa propre autorité mais de celle de l’assemblée qu’il représente, pour les catholiques le chapitre métropolitain (Ce terme désigne, dans l’Église latine, l’archevêque qui est à la tête d’une province ecclésiastique). J’ai essayé de comprendre tout cela mais ça reste quand même très abscons !

 

Quelques pas plus loin, nous entrons dans la cour du château de Kilkenny. Le château de Kilkenny, situé à Kilkenny, est un des plus grands châteaux d’Irlande, construit entre 1192 et 1207 par Guillaume de Clare, 1er Comte de Pembroke pour contrôler un passage à gué de la rivière Nore et la jonction de plusieurs voies. Il était le symbole de l’occupation normande et, dans sa construction originelle du xiiie siècle, il constituait un élément important des défenses de la ville avec quatre grosses tours circulaires aux angles et un fossé massif, dont une partie est toujours visible sur la Parade.

Il est resté la possession de la famille Butler pendant sept siècles jusqu’à ce qu’il soit transféré à la population de Kilkenny en 1967 pour 50 livres irlandaises, une association étant chargée de l’entretenir et de le restaurer. Peu de temps après, il a été repris par l’État qui l’a rénové et ouvert à la visite. Le château et le parc sont maintenant sous l’autorité de l’Office of Public Works. Les jardins et le parc autour du château sont ouverts au public. La Tour de la Parade est un lieu de conférences. Sur le fronton de l’entrée principale du château, datant du XVIIe, se trouve les armoiries des Butler avec pour devise en français Comme Je Trouve.

Nous commençons par un long couloir sous le niveau du sol avec certaines dalles en verre permettant de voir les anciennes fondations, mais aussi l’épaisseur des murs à ce niveau. Juste au dessus le petit salon des dames où dans les années 1850, elles se retiraient en sortant de la salle à manger pour laisser les hommes boire du porto et fumer des cigares ! Plus loin encore la Salle à manger, aménager en 1860. Plus loin, à l’entre étage, la salle des tapisseries qui se situe dans la tour nord et dont les fenêtres sont dans l’épaisseur des murs encore une fois !

L’escalier pour la deuxième partie et atteindre le premier étage, la bibliothèque et le salon d’apparat du 16e et 17e siècle. La décoration fait référence à plusieurs styles d’ameublement du milieu et de la fin du XIXe reconstitués grace çà un morceau de popeline de soie retrouvée derrière une plinthe, tissée par Prelle, manufacture lyonnaise de renom, ayant aussi réalisé les rideaux en damas de soie.

Le long couloir desservant les chambres, avec dans la dernière, une chambre d’enfant avec mobilier et jouets et ue belle vue sur les cathédrales ! La chambre chinoise avec son papier peint peint à la main, et enfin l’escalier de type mauresque créé par le cabinet d’architecte Deane and Woodward pour donner accès à la galerie des portraits et faciliter la circulation dans le bâtiment.

Et enfin, nous arrivons au clou de la visite, l’Aile de la galerie des portraits réalisée au 19e qui était de style seigneuriale à tourelles avec un toit plat. En 1860 la structure fût modifiée par la mise en place de 4 oriels, fenêtres en encorbellement ainsi que la condamnation de 8 fenêtres existantes, mais aussi la mise en place d’un toit en pente avec verrière centrale. La charpente est décorée avec des motifs quasi médiévaux et celtiques et des têtes d’animaux dorées sur les traverses. On admire aussi la cheminée en marbre de Carrare.

Nous finissons rapidement par les cuisines… C’est une torture que de visiter cette pièce avec la faim au ventre ;o) regardons le film sur l’histoire du château et sa restauration, bref passage dans la cours du Castel Yard en face qui remonte au XIIe siècle. En 1790, le duc d’Ormonde construisit l’imposante cour stable avec son édifice en forme de croissant, ses fenêtres circulaires et sa tour en forme de dôme en cuivre. En 1963, ces bâtiments ont été convertis pour accueillir les ateliers de conception Kilkenny (KDW), une initiative de conception parrainée par l’État visant à améliorer la conception des produits irlandais et à accroître les exportations.

Pour information, les cigarettes en Irlande sont stockées dans une sorte de coffre fort, sans publicité ou ordre forme de mise en avant et surtout vendues à 12€ le paquet de Camel par exemple, fumeurs français, dont nous ne faisons plus partis, ne vous plaignez pas … encore ! Par contre, le litre de gasoil est à 1,33€/l et le plein de la voiture nous a coûté 56€ pour 42 litres !

Nous déjeunons au Marble City Bar une belle assiette de mouton (côtelette, foie et boudin) avec des poireaux et de la purée arrosés de Kilkenny bien entendu, et de cidre pour les filles ! Petit magasinage chez Carrolls, Irish gifts, the place to be pour les cadeaux verts.

Chef d’œuvre du moyen âge, la cathédrale Saint Canice est un lien vivant au passé qui sert la communauté aujourd’hui comme il y a 100 ans. Deuxième plus longue d’Irlande avec 64,5m de long d’est en ouest, elle fut construite en deux phases commençant vers 1202 et pris presque cent ans pour s’achever. C’est une des deux seules cathédrales médiévales existantes dans laquelle l’évêque, le doyen et le pasteur résident dans les environs.

La tour construite vers 1111 mesure 30m (100 pieds) 4,5m à la base et 3,3 au sommet sur 60cm de fondations seulement. Elle fut construite au départ pour l’utiliser comme clocher.

Pour nous changer du culturel nous voulons faire le Smithwick’s expérience mais pour 16€ l’entrée nous préférons nous rabattre vers l’achat de bière plutôt que de connaître les secrets de fabrication qu’ils ne nous donnerons pas d’ailleurs, noàus préférons boire bières et thés au Kyteler’s Inn, la dame Alice le Kyteler a été la première propriétaire vers 1263. Elle a eu 4 maris, morts, lui laissant une grosse fortune. Elle fut accusée en 1324 de sorcellerie mais elle s’échappa vers l’Angleterre, grâce à l’appuie de nobles, où elle disparut de l’histoire, laissant sa servante être brûlée sur le bûcher à sa place.

 

Catégories : Irlande | Étiquettes : , , , , | Poster un commentaire

Navigation des articles

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

Propulsé par WordPress.com.

%d blogueurs aiment cette page :