Madère du Lundi 14 au dimanche 20 mai 2018

Lundi 14 mai 2018 : 1er jour Bordeaux – Lyon – Lisbonne – Funchal !
Avant de parler de Madère et enfin de bien comprendre l’état de fatigue dans lequel nous nous trouvions à l’arrivée, nous devons repartir du week-end précédent. Vendredi soir nous partons de Lyon direction Bordeaux que nous atteindrons samedi après une nuit courte à Clermont-Ferrand. Le but de notre voyage étant une réunion d’amis chez Gilles et Sandrine à Pessac exactement.

Comme pour toute réunion amicale, nous avons passé notre we à parler énormément donc à boire beaucoup et re-donc à manger relativement assez peu du fait de la difficulté d’effectuer la troisième activité en même temps que les deux premières… d’un autre coté il faut aussi savoir choisir. Donc nous nous sommes retrouvé avec GéNi (Gérald et Nicole), CéAn (Cédric et Anne), votre Valpat chez Gildrine, de l’apéro du samedi midi au pdj du lundi matin. Je ne compte pas la ballade dans le froid sur les quais de la Garonne qui nous a permis de nous ouvrir l’appétit pour le restaurant, seule activité extérieure.
Pour en revenir à notre île, nous voici partis tous les deux lundi à 08h00 de Bordeaux direction Saint Exupéry pour prendre l’avion direction Lisbonne puis Madère.

C’est donc après 5 heures de voiture, même si c’est un plaisir de conduire notre nouvelle voiture, que nous attendons notre vol qui part de Lyon (TP477 Lys 18h15 – 19h45 Lis 21h50 – 23h35 Fnc TP1691) avec 15 minutes de retard. La correspondance à Lisbonne a été prolongée de 40 minutes entraînant une arrivée à Funchal à 00h20 locale (01h20 heure française). Locations de voiture chez Alamo, une Clio, avec 45€ supplémentaires pour arrivée tardive après minuit (nous allons essayer de les réclamer à la Tap) et c’est parti pour 30 minutes de route pour rejoindre le Melia (Lido Rua de Leichlingen Funchal). La bonne nouvelle étant notre surclassement dans une immense mini suite… quelle doit être la superficie de la suite alors …. nous nous écroulons dans un king size à 02h30 complètement épuisés.

Mardi 15 mai 2018 : 2ème jour Funchal

Le problème quand on fait des excès c’est qu’à un moment il faut les compenser. Nous sommes donc aujourd’hui dans une journée de transition. Le réveil programmé à 09h00 nous permet de nous retrouver au pdj, très bien, assez tôt pour partir de balader à Funchal.
Quelques chiffres sur l’île : environ 270.000 habitants, située à 600km des cotes du. Maroc, latitude de Safi, et à 1000 de Lisbonne, 740 km2 pour Madère et 42 pour Porto Santo, une île au nord. A voir les Quintas, demeures de charme traditionnelles, manger un Bolo de Caco, sorte de brioche, boire une Poncha, cocktail à base de rhum, ou une Coral, bière locale, bien fraîche, visiter, écouter, regarder…

Nous partons donc en voiture pour le quartier de la Cathédrale visiter le marché des laboureurs (Mercado dos Lavradores), dans une bâtisse réalisée en 1937. Les marchands nous font goûter des fruits, passion, banane, mangue aux goûts bien différents, mais aussi d’autres comme l’ananas-banane… Les fleurs et leurs graines ou tubercules… sont bien présentées aussi ! Au fond le marché aux poissons surtout impressionnant par ses Sabres noirs, poissons des profondeurs aux dents acérées. A l’entrée deux beaux Azulejo représentant le marché d’autrefois.

Nous déjeunons chez Régional Flavours, thon grillé pour Val et sabre noir pour moi, accompagnés de patates douces et autres légumes et même une banane cuite ! Nous en profitons pour boire notre première Poncha, cocktail à base de rhum de Madère avec citron et orangées pressés, un trait de Maracuja et un peu de sucre de canne. Le pouce est un fond de Madère bien frais, parfait pour la digestion.

Pas très loin nous faisons nos premières courses chez A Lola do Vinho, spécialiste de la production de Madère. 4 cépages déterminant le taux en sucre. Du plus doux Sercial, puis Verdelho, Bual et enfin le plus sec Malmsey, de 5 ou de 10 ans d’âge en fût de chêne, et depuis peu Alvada, mélange de deux. A côté, les Rhums de production locale, nous achetons un 6 ans. Il possède aussi des vins de Madère Vintage dont le plus vieux date de 1920.

La fin de l’après midi est consacrée à la glandouille, ça fait aussi du bien et à goutter nos premières bières locales !

Nous dinons chez O Brinquinho (rua de Santa Maria N°67 à Funchal) pour Val une soupe de poisson qui tenait plus lieu de bouillabaisse puis une brochette de calamars et pour Pat des arapèdes (bernique) cuites au four avec ail et persil, puis morue bien entendu. Le tout arrosé d’une bière Coral pression et d’une bouteille de vin blanc local Terras do Avo un peu trop sec à notre goût.

Pour la digestion, nous effectuons le tour de la Zona Velha (Vieille ville) dans laquelle nous nous trouvons pour contempler les portes peintes par des artistes afin de redonner un peu de couleurs à ce quartier.

Mercredi 16 mai 2018 : 3ème jour Funchal – Santana – Canical

Départ vers l’ouest direction Câmara de Lobos où nous bifurquons direction le nord de l’île vers Santana. Toujours la voie rapide avec ses ponts et ses tunnels, c’est vrai qu’avant la construction de ces ouvrages la circulation devait être bien difficile. Au dessus de Funchal nous nous enfonçons dans les terres par une route sinueuse à travers d’immenses troncs blancs à moitié calcinés restes d’eucalyptus laissés par le dernier incendie… Heureusement des arbustes repoussent au milieu du carnage !  Quelques points de vue et la Quinta Terreiro da Luta malheureusement fermée, que nous aurions bien aimé visiter.

Encore plus haut nous passons dans les nuages et la température baisse pour atteindre 6°c seulement au Pico do Arieiro à 1810m d’altitude, autant dire que l’on ne reste pas longtemps. Beaucoup de départs de treks et nous croisons même un groupe partant pour du Canyoning…

La descente sur la face nord dans le brouillard puis sous la pluie s’effectue à travers les conifères, puis une végétation très dense. Dans la vallée, les cultures en terrasse apparaissent avec les premières maisons.

Nous nous arrêtons à Santana, deuxième ville par sa superficie. Visite de l’église et des maisons traditionnelles (casa de palha) avec leur toit de chaume descendant jusqu’au sol. La météo nous incite à repartir rapidement, après avoir déjeuné, en direction du bout du bout, la Punta de Sao Lourenco.

En résumé : 7,1km en 1h48 avec 440m de dénivelé. Splendide marche, pas très difficile mais avec quelques bonnes montées dont la dernière avant d’arriver au belvédère final qui casse bien les jambes, déjà fatiguées… Beau panorama sur la mer déchaînée partant à l’assaut des falaises abruptes dont la pierre volcanique se colore en rouge, ocre ou bien noire, en strates verticales ou horizontales… On peut aussi étudier la flore généreuse, mais pas beaucoup d’oiseaux. Il faut avouer aussi que le vent était très fort, dont les bourrasques m’obligeaient à me courber pour avancer et me poussaient dangereusement dans le dos dans les descentes. Début avec Val puis le reste tout seul.

Nous trouvons quand même la force de nous promener dans Funchal, visiter l’église Igreaja do Colégio dos Jesuitas, mais impossibilité de monter sur la tour car il était trop tard, l’Hôtel de Ville, puis un peu plus loin la Sé Catedral de Nossa Senhora da Assunçao. Nous finissons la balade le nez en l’air avant de trouver un super marché pour faire des courses nous permettant de dîner dans notre magnifique chambre !

Jeudi 17 mai 2018 : 4ème jour Funchal – Camara – Madeira – Calheta – Jardim do Mar – Porto Moniz – Funchal

Miradors do Cabo Girao, et son panorama époustouflant ! On observe depuis un plancher en verre les cultures en rayon 580 m plus bas sur le bord de la plage. Le village de Camara se profile au bout de cette montagne coupée par un grand coup de couteau jusqu’à la mer étalant sa palette de bleus. Les nuages ne sont pas loin non plus et nous avons perdu quelques degrés. Partout des eucalyptus odorants en concurrence avec les mimosas, et autres petites plantes à fleurs magnifiques.

Nous descendons au village de Madeira pour visiter son petit musée ethnographique (2,5€ l’entrée PP), exposant des moulins à énergie hydropique, un immense pressoir à grains pour le vin de madères, une reproduction d’une épicerie, de splendides barques colorées et plein de photos des années 1980, ce qui nous permet de comprendre les conditions de vie des habitants de l’île avant l’arrivée des subsides européennes ayant permis les immenses aménagements du territoire, désenclavant les villages. Madère est l’île des ponts mais surtout des tunnels, impossible de prendre la voiture sans en traverser des dizaines !

Plus loin Calheta et sa dernière distillerie traditionnelle en fonction (Museo dos Engenhos, musée du moulin à sucre) avec sa vieille machine du XIX encore en fonction et ses cuves en cuivre patinées qui ont laissé la place à de toutes neuves en alu. On peut tout visiter sans guide mais presque aucune explication et c’est bien dommage. On goûte au magasin un bolo de mel et on achète un peu de rhum mélangé à de la mélasse.

Quelques tunnels et routes étroites et en zigzag plus loin nous arrivons à Jardim do Mar, village constitué de petites maisons dans un labyrinthe de ruelles étroites. Les falaises autour sont cultivées en terrasses. C’est aussi le départ de la Levadas P19/20 que nous ferrons peut être après demain.

Une heure de voiture en traversant l’île direction le nord, à travers une végétation que l’excès de pluie d’humidité rend exubérante, à destination de Porto Moniz et ses piscines naturelles, fermées évidement en cette saison.
Retour à l’hôtel par un entrelacs de tunnels impressionnant.

Vendredi 18 mai 2018 : 5ème jour Funchal

C’est du haut que nous verrons Funchal aujourd’hui… Nous prenons le téléphérique pour nous rendre au jardin botanique. 15/20 minutes de montée au dessus des toits, des ruines, surplombant des routes, des ponts et des tunnels, gorges profondes avec des piscines naturelles, une belle levada, une forêt en régénération après un incendie… et au loin le port et l’océan.

A quelques dizaines de mètres en contrebas, nous reprenons un deuxième téléphérique  qui nous amène vers le jardin botanique. Il est immense, à flan de colline, reprenant différents types de végétaux, des cactées aux jacinthes d’eau, de massifs de fleurs bariolées au jardin à la française tiré au cordeau…

Un peu plus loin l’église Igreja de Nossa Senhora do Monte…

Départ des traîneaux. A l’origine un moyen de transport rapide permettant de descendre à Funchal pour les personnes vivant à Monte, ces traîneaux en osiers appelés Carrinhos sont apparus vers 1850. C’est aujourd’hui une des activités touristiques les plus légendaires de Madère. Le trajet dure environ 10 minutes sur 2 km de long. Les « luges » peuvent atteindre une vitesse de 50 km/h ! Et lorsqu’on se trouve assis dedans, c’est très impressionnant.

Achat de pâtisserie chez Fabrica Santo Antonio. Cette fabrique traditionnelle de douceurs à l’ancienne, fondée en 1893, prépare parmi les meilleurs bolos de mel, pains d’épices circulaires typiques, à base de miel et fruits secs et confits.

Dîner chez Taberna Madeira (tabernamadeira.com) dans la vieille ville de Funchal, arapèdes gratinées, calamars, morue avec accompagnements haricots verts / patates douces et polenta frite.

Nous finissons la soirée au Madeira Rum pour une dégustation de rhums locaux et de vin de Madère.

Samedi 19 mai 2018 : 5ème jour Funchal

Départ tôt vers Paulo del Mar pour une petite marche sur Verdeau dos Zimbreiros avec Val qui a été comme un oiseau sur la montagne ;o) 2,35 km en 1h25 en quelques 500m de dénivelé sur un sentier à travers les figuiers de barbarie, les cascades sur les  coteaux en face, et les fleurs sauvages. Je fais la descente seul poussant les chiffres à 3,92 km en 1h51…

Après le déjeuner à Jardim del Mar, village voisin, nous trouvons le départ de la levada que nous voulions faire, mais qui est en fait beaucoup plus difficile que le sentier de ce matin. Je n’en fais que les quelques premiers centaines de mètres mais c’est assez compliqué. Marches défoncées, montée droite, de l’eau partout rendant glissant le sentier… Par contre comme ce matin, le paysage est magnifique, vue imprenable sur le village et les environs. Je fais un bout seulement 200 m de dénivelé et retour en 2,2 km

La mula … ça veut dire moule en portugais. Donc un restaurant qu’on s’appelle la Mula ça veut dire que l’on va avoir une moule frites … Voila ce que nous. avons mangé pour notre dernier soir… Heureusement que nous avons pris l’apéro sur la terrasse du Reids Palace, la Poncha y est délicieuse, et la vue sur la baie de Funchal y est sublime. A l‘époque cet hôtel était éloigné du centre, perdu sur une colline…

Dimanche 20 mai 2018 : 6ème jour Funchal – Lisbone – Lyon

Lundi de Pentecôte oblige… Tout est fermé ! Nous partons dans les petites rues de Funchal direction le muséede la Quinta das Cruzes, manoir édifié sur les hauteurs par les premiers colons afin d’apercevoir les bateau pirates arriver et fût la demeure du premier gouverneur de l’île, Zarco !

Nous finissons donc notre séjour par une balade dans le parc au dessus du port avec ses fleurs multicolores et ses oiseaux, faisons une photo souvenir avec la statue de Cristiano Ronaldo, le petit du coin qui a bien réussi ! et retournons au Régional Flavours pour notre dernier repas  avant notre départ pour l’aéroport.
Le retour est long avec son escale à Lisbonne et nous arrivons à 3 heures du matin à la maison, bien rincés quand même, mais heureux de ce voyage sur cette île attachante et sympathique !

Catégories : Madère, Portugal | Étiquettes : , , , , , , , , , , | Poster un commentaire

Navigation des articles

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

Propulsé par WordPress.com.

%d blogueurs aiment cette page :