Nouvelle Zélande – Île du Nord – Wellington – Auckland du 18 au 25 juin 2017

Dimanche 18 juin 2017 : 8eme jour Nouvelle Zélande 🇳🇿 Picton -Wellington
3 heures de traversée par Interislander (351$ pour la voiture et nous deux incluant l’accès au salon Primium et repas) dont le départ se passe entre les îles et la côte découpée… au revoir île du sud et bonjour île du nord !
Nous dormirons à l’ibis Wellington afin de visiter la capitale, le Te Papa, musée et se balader dans les rues.Une salle du musée est consacrée à l’interaction de l’homme sur la nature, avec l’importation intentionnelle, les cerfs, vaches, moutons, paons… ou bien non intentionnelle comme les chats, hermines, rats, cafards, possums… et le milieu naturel endémique qui en pâti ! L’exemple est pris du Kakapo, le plus gros perroquet du monde avec 60cm pour 4 kg … mais ne sachant plus voler et a donc été presque exterminé par les nouveaux prédateurs. Heureusement exportés, protégés et surveillés quelques espèces ont été introduites dans des îles exemptées de prédateurs.
Île Banaba et l’exploitation des phosphates par les anglais … le plus long procès de l’histoire !
4,6km total 1760km

Lundi 19 juin 2017 : 9eme jour Nouvelle Zélande 🇳🇿 Wellington – Napier
Encore une grosse étape aujourd’hui pour rejoindre Napier. Les paysages sont complètement différents de ceux de l’île du Sud. Ici des collines sont recouvertes de prairies, avec des moutons et des vaches again, des vignes… moins de forêts, plus villes, de routes, d’agglomérations, de couverture Gsm et même radio… bref moins sauvage ! Mais ce qui nous interpelle encore plus est le fait que tous les noms sont en maori ! Alors que nous avions Christchurch, Greymouth ou Fox Glacier ici nous sommes dans des consonances Otaki, Tangaruro, Aorangi…
Nous arrivons dans notre hôtel The County, dans lequel nous dînerons aussi, bonne table et surtout bonne cave ! Construit en 1909, c’est aujourd’hui le seul exemple à Napier du style Victorian-Edwardian. Complètement rénové 1993 en gardant les motifs architecturaux Art Déco mais aussi le mobilier et la décoration intérieure des années 30 !
Napier fût presque complètement détruite en 1931 par un séisme de magnitude 7,8 sur l’échelle de Richter. La plaque pacifique s’enfonce sous celle australienne, qui fit sortir de 2 mètres une énorme plaque augmentant ainsi la surface constructible de la ville mais obligeant le port à se décaler d’autant. Les architectes de l’époque ont choisi de reconstruire la ville dans le courant de l’époque : l’Art Déco symbolisant la technologie, source de résolution des problèmes. Les symboles de vitesse et de pouvoir se rapportant aux nouveautés dans les moyens de communication et de transport. Ajoutez à cela les symboles de la nouvelle femme libérée, des symboles égyptiens, signes de fascination pour les anciennes civilisations, une touche d’art Maori et une légère inspiration espagnole et vous voilà en plein dans les années 20 et 30, à Napier. Le Daily Telegraph, le National Tabacco Company, le Théâtre Musée NZ et plein d’autres batiments en sont que quelques exemples !
A quelques kilomètres la ville d’Hasting a une histoire similaire !

325km total 2086km

Mardi 20 juin 2017 : 10eme jour Nouvelle Zélande 🇳🇿 Napier – Rotorua

Visite du musée intéressante avec de superbes objets d’époque et notamment des services à thé magnifiques !

Départ vers le nord en longeant la côte et les terrains anciennement sous l’eau et soulevés par le tremblement de terre, passant par le port industriel, pour nous arrêter au splendide bâtiment la Manufacture des Tabacs créé en 1933 au design unique mélangeant Art Nouveau et Art de l’école de Chicago, notamment le travail de Louis Sullivan, fameux pour ses building de 1880 à 1890 !
Arrivée à Taupo, à l’autre bout du lac, les sommets enneigés du Tongariro se découpent sur le bleu du ciel, c’eût été une merveilleuse journée pour faire la Alpine Crossing de 19,4km. Cette rando est réputée pour son paysage volcanique extraordinaire et varié : superbes lacs colorés, cratères en activité, cheminées fumantes. Une prochaine fois peut-être être :0(
Un rapide stop au Cratère de la Lune (8$ pp) faisant une boucle entre les fumerolles. Sympa mais largement pas obligatoire.
Wai-O-Tapu Thermal Wonderland (32,50$ pp) 18km2 de zone thermale, la plus grande de la région volcanique de Taupo : des cratères, des piscines d’eau et de boue chaudes ou froides, des fumerolles… rejoignant le fleuve Waikato.
Les couleurs jaune pour le souffre, orange pour l’antimoine, blanc pour le silice, vert pour l’arsenic, rouge-brun pour l’oxyde de fer, noir pour le souffre et le carbone et enfin violet pour le manganèse.
Les cratères plus de 20m pour 12 de fond avec des sources bouillonnantes et des dépôts de soufre. Les noms la maison du Diable, le cratère arc-en-ciel, le cratère du tonner, les encriers du diables, la piscine à huîtres, la piscine de Champagne, le bain du Diable… expriment bien la désolation du lieu mais aussi sa magie, les couleurs, les formes…

Juste à côté Woaitapu grosse marre de boue fumante et bouillonnante.

244km Total 2330

Mercredi 21 juin 2017 : 11eme jour Nouvelle Zélande 🇳🇿 Rotorua

A 3 km au sud de la ville, le site de Te Puia situé dans une vallée à l’activité géothermique intense. Le site recèle de différents éléments. Le premier que nous ferrons est de voir enfin des kiwis, enfin plus de les apercevoir seulement étant des animaux nocturnes nous ne pouvons les observer chassant le ver que baignés dans une lumière rouge, pas pratique pour les photos, d’autant plus qu’elles sont interdites pour la tranquillité des animaux. Sorte de gros poulet, comme l’appelle Val, ayant complètement perdu ses ailes, très agile et rapide, un corps tout rond avec de longues plumes brunes et un bec effilé et long ! Son œuf est énorme comparé à sa taille il peut faire 20% de son poids. C’est l’emblème de la Nouvelle Zélande.
Nous avions réservé le spectacle de danses maories à 12h15. Dans une maison traditionnelle à la riche décoration intérieure, les danseurs nous ont interprété pendant une demi-heure des danses traditionnelles et bien entendu le célèbre Haka.
Les forces intérieures sont visibles par les boues ou eaux bouillonnantes mais aussi et surtout par son geyser qui envoie de l’eau à une trentaine de mètres de hauteur, deux à trois fois par heure !
De retour en ville, nous ne pourrons pas visiter le musée, fermé car fragilisé par le tremblement de terre de novembre 2016. Nous faisons le tour pour longer les rives du lac qui à cet endroit est chauffé par la géothermie. De nombreux oiseaux y séjournent. C’est vrai qu’il flotte une odeur d’œuf pourri dans la ville mais un peu plus à cet endroit quand même !
Dîner au Fat Dog hamburger et  fish & ships énormes et bière locale.
17,9 km total 2348 km

Jeudi 22 juin 2017 : 12eme jour Nouvelle Zélande 🇳🇿 Rotorua

Aujourd’hui il pleut mais nous décidons quand même de partir faire une ballade dans la Red Wood Forest dont les Red Wood, une variété de séquoia,  importés directement de Californie. « Ce sont des arbres de très grande taille à port conique et à cime arrondie. À l’âge adulte l’arbre est dépourvu de branches sur un tiers ou la moitié de sa hauteur. Son écorce épaisse et crevassée est rouge orangée et d’une texture souple et fibreuse. Il est plus fin et plus élancé que le séquoia géant. »
Nous profitons comme hier des bains d’eau volcanique de notre hôtel (le Novotel) sentant un peu l’œuf pourri mais dont les 40 degrés nous font du bien en nous réchauffant ! Bref nous profitons un peu et ça fait du bien.

Vendredi 23 juin 2017 : 13eme jour Nouvelle Zélande 🇳🇿 Rotorua – Waitomo – Auckland 

140 km sous la pluie continue avec en plus du brouillard à quelques endroits pour atteindre Waitomo et ses caves (waitomocaves.co.nz). Nous n’aurons le temps que pour la plus connue Glowworm caves (40$ pp) qui comme son nom l’indique à son plafond recouvert de vers et même luisants !
Il y a 24 millions d’années le fond marin fut soulevé puis sculpté par les tremblements de terre et les irruptions volcaniques qui le fracturèrent permettant ainsi à l’eau en dissolvant la pierre de créer des excavations, des stalagmites, stalactites et autres formations. Il faut environ un siècle pour former un centimètre cube de stalactite. La grotte connue des maoris fut tenue secrète jusqu’en 1887 et ouverte au public en 1889. Si les cavités sont joliment décorées par la nature avec toutes les concrétions des grottes, le vrai clou de la visite est dans les derniers mètres effectués en barque, en silence et dans le noir, permettant d’observer la luminescence des insectes. C’est formidable et hallucinant. On a l’impression d’observer une lumière à travers les branches entrelacées d’un arbre immense ou bien la voie lactée par une nuit claire sans nuage ! Les photos trouvées sur internet, photos interdites, ne rend pas absolument pas la magnifique réalité.
Arachnocampa Luminosa est une espèce de ver luisant propre à la Nouvelle Zélande. Son cycle de vie est en 4 temps. 1) la femelle pont environ 120 petits œufs ronds qui éclosent 20 jours plus tard. 2) le lit des larves est composé de filaments recouverts d’une substance gluante qui piège les insectes. Même avec moins de 3 mm de long les larves émettent une lumière visible afin d’attirer les insectes dont elles se nourrissent pendant 9 mois jusqu’à avoir la forme et la taille d’une allumette. 3) les pupes sorte de chrysalide du papillon, la larve, sont suspendues par un fil pendant 13 jours 4) les adultes, sorte de gros moustique, n’ont pas de bouche, leur seule fonction est de se reproduire, ils ne vivent que quelques jours !

Les All Blacks ! Les dieux vivants de l’île, le rugby est presque un sport d’état. Donc quand il y a un match de rugby se déroule dans une ville, les néo-zélandais se déplacent en masse et quand en plus ceux-ci s’ajoutent aux nombreux supporters étrangers qui ont fait le déplacement, l’infrastructure des villes n’étant pas adaptées à un tel flot, les hôtels sont pris d’assaut, les prix montent et il faut s’excentrer de plus en plus loin. A Dunedin nous avions déjà été obligé de louer un des rares Airbnb restant et à Auckland nous nous retrouvons dans une minuscule chambre de l’Ibis Budget à l’aéroport ! Pour une fois que l’on décolle en milieux de journée ! Et en plus, en nous renseignant sur le prix des places nous arrivons à 800€ pour nous deux pour le match des Blacks à Auckland ! Merci les Blacks :0)

398 km pour un total de 2795

Samedi 24 juin 2017 : 14eme jour Nouvelle Zélande 🇳🇿 Auckland
En marchant nous effectuons le tour du guide. Auckland Art Gallery dans un bâtiment moderne sur plusieurs niveaux en verre et en bois greffés sur la structure d’origine de 1887. Une sculpture semble avoir inspirée Lucas pour Star Wars !

Passant par le Albert Park pour longer la Old Government House avec la tour de l’horloge et finissant par la gare de Britomart hébergée dans l’ancienne poste centrale sur la fin de la lande de 200m gagnée sur la mer.

Sur le Port, la FanZone pour le match de ce soir, beaucoup de maillots rouges couleurs des Lions (sélection des meilleurs joueurs du Royaume Unis) et même certain déguisés, d’autres en kilts…
Nous prenons un tour de 90 minutes de croisière dans la baie d’Auckland (42$ pp) passant devant le port de commerce avec ses énormes navires, les grues avec en fond le downtown, puis le Bean Rock lighthouse, construit en 1871 et automatisé en 1912, devenu icône de la baie. Ragitoto Island créée par une irruption il y a 600 ans, puis Devonport et ses navires militaires et les défenses du port depuis 1885. Le Harbour Bridge ouvert en 1959 offrant du travail à 200 personnes pendant 4 ans. On peut le visiter et même sauter à l’élastique ! Enfin le port de plaisance, la plus grande marina de l’hémisphère sud pouvant accueillir plus de 1800 bateaux jusqu’à 28m.
En voiture nous prenons de la hauteur pour voir la ville depuis le sommet du Mont Éden, 196m, offrant une vue à 360 degrés. Hautement sacré pour les maoris le cratère de 50m de profondeur est parfaitement visible.
Nous regardons le match dans un restaurant situé dans une ancienne poste : 30 à 15 en faveur des Blacks, un très beau match !
58km pour 2852 km au total

Nous quittons sans regret notre chambre à l’Ibis Budget de l’aéroport pour rendre notre voiture et prendre notre vol sur la compagnie Air Câlin, tout un programme… C’est amusant d’entendre parler français au comptoir, mais notre hôtesse sera la seule à ne pas parler la langue de Molière.
Nous avons beaucoup aimé la NZ, même si la météo nous a un peu joué des tours, surtout l’île du sud beaucoup plus sauvage aux paysages plus bruts. Nous regretterons de ne pas avoir pu faire une croisière dans les fjords à Milleford ni la TransAlpine à Togariro National Park… et si nous devions revenir, nous le ferrons impérativement en été austral !

 

Catégories : Nouvelle Zélande | Étiquettes : , , , , , , , , , , , , , , | Poster un commentaire

Navigation des articles

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

%d blogueurs aiment cette page :