Vendredi 17 avril 2015 : 12eme jour Buenos Aires

La prévision météo pour la journée est de 13 à 20° nuageux à ensoleillé coucher du soleil coucher soleil à 18h28
Ce matin nous avons rendez vous avec Cacho Mandrafina. Pour ceux qui ne le connaissent pas c’est l’immense dessinateur argentin des séries « Spaghetti Brothers », « Cayenne », « La guerre des Magiciens »,… Nous le retrouvons chez lui, dans le quartier Almagro, dans une chambre servant d’atelier, pour lui faire dédicacer notre planche ainsi que celle de Mathieu et en acheter une pour Claire et Antoine, qui lui avaient déjà indiqué celle qu’ils désiraient. C’est la gentillesse même, nous voyons en plus comment il travaille, ses techniques et ses splendides planches en couleurs directes magnifiques du T3 de La guerre des Magiciens. Nous pouvons être d’autant plus fiers en repartant que Val lui a servi de modèle pour dessiner des mains sur une dédicace spéciale ;0)
imageimageimageimage image

imageimageNous partons pour Palermo afin de changer de l’argent. Enfin le change bleu, 12,5 pour 1€ au lieu de 8,5 en change officiel, est ouvert. C’est juste un rdc d’immeuble sans enseigne ni aucune indication. Deux guichets à l’intérieur, une dame nous demande combien et nous faisons l’échange sans aucune autre formalité ni signature, la simplicité à l’état pur.

imageimageimageimageimageimageimageimageimageRetour à note appartement en passant par le super marché pour l’eau, le vin et les bières et la Pizzerias pour les empanadas (6 pour 80$)… De vrais « portenõs » !
L’après midi nous écumons les rues de Parlermo quartier très vivant assez bobo mélangeant des magasins chics avec des fast-food… Nous repassons dans cette très belle librairie Libros del Pasaje dans lesquels les albums de certains auteurs français étaient sur les rayonnages en version espagnole bien entendu, nous nous rafraîchissons à la terrasse d’un bar, nous passons par un magasin avec de très belles Bonbillas, nous vérifions que l’académie de Tango où nous souhaitons aller ce soir est bien ouverte… Bref plus de 10km de ballade.

imageimageimageimageC’est à la Librería Eterna Cadencia (Honduras 5582) que nous commençons notre soirée Juan y effectuant le lancement de sa nouvelle Bd. Nous le retrouvons en pleine conférence devant une salle comble de cette très belle librairie. A la fin, la séance de dédicace commence dans un foutoir épouvantable nous obligeant à nous faufiler entre les chaises pour essayer d’atteindre Juan, en transe, assailli par ses fans.Nous ferrons notre dédicace plus tard chez lui et nous repartons après avoir vu Diego Agrimbau, scénariste de Éden Hotel, le Dégoût… et sa femme Laura et Pablo Tunica, dessinateur talentueux de La française, ainsi que Martin un editeur venu au festival en 2013.

imageimageNous avons mangé un très bon sandwich dans un Subway Plaza Italia, ce qui est tout à fait exceptionnel pour le faire remarquer, où nous sommes arrivés car Val voulait aller aux toilettes et que nous nous sommes retrouvés déposés par un taxi avenue Sarmiento mais vraiment pas au bon endroit. Il faut dire que les avenues étant tellement longues, saucissonnées par bloc de 100 numéros, que les chauffeurs de taxis ne se dirigent que par l’intersection de deux rues. Nous voici donc dans à marcher un bon km à la recherche du Sanata bar (Sarmiento 3501 angle Sanchez de Bustamante) et au bout l’envie pressante de Val nous conduit au Subway… L’avantage de ce genre d’endroit c’est qu’ils ont du wifi et nous avons donc pu retrouver la bonne intersection et donc manger en écoutant des orchestres de Tango ! Nous prenons la dernière table disponible et malgré le nombre impressionnant de personnes attendant, il n’y a plus de dessert quand nous en demandons, ils ont l’aire débordés !
imageimageimageRe taxi pour retourner chez Juan pour la troisième partie de la soirée. Belle fête et une super ambiance avec plein de monde à tous les étages. Juan à son poste de travail dédicace encore ses bd. Nous discutons avec différentes personnes et revoyons un peu plus longuement Laura, Diego et le volubile Pablo.

imageA deux heures, à pieds pour nous remettre en forme, nous descendons Armenia jusqu’au 1366 adresse de La Viruta, une milonga ouverte entre minuit et cinq heures où les danseurs viennent s’exercer à leurs pas. Les femmes se changent, toilettes et chaussures spéciales tango, un orchestre les entraîne enchaînant les morceaux. Nous observons ne sachant malheureusement pas danser en sirotant notre Caïpirinha, une bien belle fin de soirée.
Et voilà la fin de notre soirée de folie qui se termine vers 04h00 bien fatigués.

Catégories : Argentine | Étiquettes : , , , | Poster un commentaire

Navigation des articles

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

Propulsé par WordPress.com.

%d blogueurs aiment cette page :