Lundi 03 novembre 2014 : 6 eme jour

La campagne de VinalesNous commençons par une belle ballade d’une dizaine de km dans les terres rouges de Vinales avec une végétation impressionnante avec des bananiers, des manguiers, et plein d’autres plantes dont nous parle notre guide. Malheureusement les pieds de tabacs ne sont pas encore plantés, nous ne verrons que les feuilles séchées dans la fabrique de tabac. 

Les pieds poussent en 25 jours et la force des feuilles dépend de sa position : en bas c’est l’intérieur, les plus douces jusqu’en haut les plus corsées servant à la couche externe du cigare.

Avec une dextérité extrême il nous roule un cigare devant nous et nous propose d’en fumer en mettant du miel pour le rendre encore plus douce la fumée. Nous en achetons 14, enroulés dans une feuille de bananier, que nous pourrons tester plus tard à notre retour.

Chemin faisant nous passons aussi chez un producteur de café, qui nous explique le séchage, au soleil, le décossage, manuelle après avoir pilé les fruits afin de séparer le grain, puis la torréfaction.

De la grotte nous ne verrons que l’entrée car nous ne souhaitons pas visiter (2 Cuc avec un guide pour 80m). Nous retournons au village par des chemins détournés et finissons notre marche de près de 10km vers 12h30, juste à temps pour le déjeuner. Chemin faisaient, la confiance installée autorise les confidences, nous posons quelques questions à notre guide qui y répond sincèrement. Il nous parle de ses études, il a deux masters, physique et mathématique, mais ne trouve pas de travail à Viñales, et même s’il en trouvait un il ne toucherait qu’un salaire de 750 pesos (28 Cuc, 25€) par mois alors qu’un pantalon coûté 48cuc, et ce qu’il ne comprend surtout pas c’est que Cuba est obligé de tout importer, qu’il n’y a plus d’industrie, rien ! Alors comme les autres il fait des petits boulots comme guide pour touristes, apprends les langues, veut se mettre au français. Il vit avec sa mère et sa grand-mère, son père est parti aux usa quand il était petit et n’a plus donné de ses nouvelles. Sa dernière petite amie est partie au Brésil pour étudier la médecine avec son père, médecin lui même. Mais tout cela avec du recul, il ne se plaint pas plus que ça de sa vie, c’est comme ça. Par contre Vava lui proposant des échantillons de parfums et crèmes rapportés de France et ses magnifiques tuniques achetées à La Havane en arrivant, en lui donnant rdv le soir même à la Casa de Musica, il est venu avec plaisir et nous a remercié chaleureusement ! Tout est bon, tout sert, rien ne se jette tout se recycle à Cuba !

C’est au Paladar Finca la Termita juste à la sortie du village vers le sud. Très bien pas chère et bon.

Nous partons ensuite pour visiter Pinar del Rio qui n’a d’intérêt que de visiter la Fabrica de Tabacos Francisco Donatien. A part une machine qui vérifie que le cigare n’est pas trop serré et que donc l’air passe bien dedans, deux personnes passent leur journée à mettre chaque cigare dedans, que les monteuses font entre 100 et 150 cigares pendant les 8 heures de travail de la journée, 5 jours par semaine du lundi au vendredi, que le matériel est digne du plus mauvais film à petit budget sur l’industrie socialiste soviétique et en plus rafistoler au possible,… Bref rien de très intéressant. Leur organisation nous dépasse. Par exemple nous devons traverser la rue pour acheter les tickets dans la boutique, ok mais on s’aperçoit après qu’il y a la même boutique dans la fabrique qui vend aussi des cigares et du rhum mais pas de ticket ! Sublime. Nous repartons pour 1/2 heure de route sinueuse pour revenir à Vinales, tellement plus sympa.

La langouste et le mojito de Raùl et Rosa étaient toujours aussi bons mais ils n’avaient plus de vin pour accommoder le repas.

Nous retournons à la Casa de Musica mais l’ambiance n’a rien à voir avec hier soir, presque pas de cubains et beaucoup d’européen. Du coup la piste de danse ressemble plus à celle d’un thé dansant du dimanche après midi sur TF1 qu’à une sublime chorégraphie soigneusement orchestrée par des cubains ayant un sens du rythme plus que développé ! Un peu dépités, fatigués par notre marche du matin, ne voulant pas nous alcooliser, nous rentrons vers 22h30.

Catégories : Cuba | Étiquettes : , , , , , , , , | Poster un commentaire

Navigation des articles

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

Propulsé par WordPress.com.

%d blogueurs aiment cette page :