Jeudi 30 octobre 2014 : 2eme jour

Trinidad la placeNous nous réveillons à 07h00 tout seul sans réveil. La nuit fut bonne malgré la chambre un peu bruyante, l’hôtel étant en plein cœur de la vieille ville, les cubains, bons latins, n’étant pas les moins bruyants, les voitures pétaradant en passant dans la rue Chacón et même un coq qui chante de bon matin ! Première constatation depuis hier, nous n’avons pas de connexion téléphonique et pas d’Internet à l’hôtel. Nous allons essayer d’acheter une carte afin de pouvoir un peu communiquer, et si c’est pas possible et bien ce n’est pas grave non plus ;0) Après un petit tour dans le quartier, nous avions rdv avec la réceptive d’Havana Tour. Nous lui parlons de la valise qu’elle se propose de suivre et de nous laisser des message à Trinidad.

Fort de cela nous partons faire les magasins officiels afin de trouver des fringues pour Valérie, ayant l’équivalent de 100€ de remboursés par Air France. Après une demi douzaine de petits magasins à moitié vide, ça n’a pas beaucoup changé toujours des queues devant des magasins,avec des vêtements très disco andalouse fripes en fin de série, je laisse Vava aller toute seule vers un grand magasin.  Elle en ressort avec trois tuniques made in India, jaune, blanche et bleu-vert, d’un plus bel effet surtout avec le corsaire noir en bas ;0) Voiture louée (une Renault Scala automatique avec un très grand coffre) à l’hôtel Telegrapho où nous avions séjourné lors de notre précédent voyage, nous partons de la Havane à midi pour 5 heures de route. La Havane, autoroute jusqu’à Agua de Pasajeros puis Cienfuegos et enfin Trinidad !

La route est très verdoyante au début puis laisse la place à des cultures, cane à sucre, bananiers, palmiers… et aussi à une plaines verdoyante sans autre forme d’agriculture visible ! Nous croisons aussi très souvent des vaches, des taureaux, des chèvres, des chevaux sur le bord de la route ou bien dans les pâturages alentours mais ce qui est aussi le plus remarquable est la couleur de la terre : rouge ! d’un rouge que les tracteurs sortant des sentiers colorent la route sur quelques dizaines de mètres, d’un rouge qui tranche avec le vert des arbres et des cultures.

Petit tour dans Cienfuegos en voiture. C’est une belle ville coloniale que nous avions visitée plus longuement avec les enfants, avec ses rues à angle droit forment des blocs (comme à NY les cubains parlent de bloc pour les distances ;o), nous faisons juste le tour de la place José Marti. Nous poursuivons notre périple avec au nord les montagnes du massif de l’Escambray et au sud la mer des Caraïbes, étroite lande de terre nous amenant à Trinidad.

C’est toujours le choc en arrivant là. On pourrait se croire dans un décor de cinéma pour un film des années 50, avec ses maisons coloniales pour beaucoup repeintes en tons pastels, avec des veilles voitures américaines… bref c’est splendide. Nous garons la voiture pour la nuit (le type nous fait l’inventaire des accessoires manquants sur notre voiture afin qu’il ne soit pas responsable de vol, car pour 2 cuc il nous la surveille toute la nuit) et trouvons notre casa particular assez facilement. Là la patronne nous dit que sa chambre est occupée et qu’elle nous amène dans celle de sa sœur à quelques pas. Non ce n’est pas une arnaque à la cubaine, la chambre est sur le toit avec deux terrasses privatives, douche, wc et deux lits et dans la vieille ville afin de pouvoir rentrer plus facilement le soir.

Nous prenons possession des lieux, nous changeons puis repartons à la conquête de Trinidad. Nous retrouvons les lieux connus et buvons enfin notre premier mojito (partout tous les cocktails sont à 3 Cuc c’est peut être pour çà que le Che avaient créé les billets de 3 pesos qui ont perduré avec les billets de 3 Cuc impensable dans un système métrique normal) sur les marches de la Casa de la Musica, écoutant un orchestre cubain jouant de la salsa, ça y est nous y sommes vraiment à Cuba.

Nous retournons dîner chez notre logeuse, celle-ci nous ayant proposé poisson ou crevettes avec légumes, salade, bananes plantains. Très bien et pour 9,50 Cuc c’est imbattable !

Nous ressortons vers 21h00 pour faire le tour des boîtes de salsa, et de Mojitos. Nous nous essayons la Casa de la Trova (Place Segarte), presque complètement vide à notre arrivée mais après notre premier Mojito, la sale se remplit bien vite, les gens se lèvent pour danser, les uns invitent les autres, bref une ambiance d’enfer au son de la salsa. C’est l’endroit à la mode dans un joli patio d’une belle demeure coloniale. Les orchestres s’enchaînent les uns après les autres, nous en aimons bien un à qui nous achetons un cd que nous pourrons écouter dans la voiture car nous n’avons capté que 4 stations radio sur noter parcours… 23h00 nous changeons de boîte pour admirer les danseurs et danseuses à la Palenque de Los Congos Reales et boire un dernier Mojito ! Çà y est aussi bien l’alcool que la fatigue du voyage, le décalage horaire…. Nous sommes bien fatigués et nous rentrons nous coucher vers minuit. C’est à ce moment que l’on apprécie beaucoup d’être dans la vieille ville à 5 minutes à pied !

Catégories : Cuba | Étiquettes : , , , , | Poster un commentaire

Navigation des articles

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

Propulsé par WordPress.com.

%d blogueurs aiment cette page :