Jeudi 16 janvier 2014 : 11 eme jour : Mandalay – Heho – Pindaya

20140116_171_Nous commençons presque à nous habituer à nous lever à 05h30, même si la nuit n’a pas été très bonne. Nous sommes donc maintenant à l’heure birmane. En effet ils se lèvent très tôt, les marchés ouvrent à cinq heures, et ferment à 10 heures les marchands arrivant souvent eux à 2 ou 3 heures, mais par contre à 21 heures le soir tout devient calme. Il n’y a pas de vie nocturne, peut être un reste des années de couvre feu imposé par la junte militaire. Il y a eu des années très difficiles, Thwe nous a parlé du changement de monnaie dans les années 90, quand la junte a imposé de nouveaux billets mais sans en effectuer le change. Les anciens ne sont plus en vigueur, voici les nouveaux. C’est comme si lors du passage à l’euro il n’y avait pas eu de conversion possible !Nous prenons des goûts de luxe. Le bagagiste qui s’occupent de nos valises même pour passer le contrôle des bagages cabine, Thwe qui s’occupe des billets, enregistrement, passage immigration si besoin, porte d’embarquement… Et à l’arrivée les valises sont directement portées jusque dans la coffre. Ça va nous faire drôle quand nous allons revenir à notre vie normale ou bien Louis et Mathilde vont devoir être aux petits oignons avec nous ;0)
La trajet jusqu’à l’aéroport est sans encombre, la route étant une 4 voies, toute droite, nous profitons du lever de soleil sur les rizières, les palmiers et les pagodes.
Nous décollons à 08h40 sur un Atr42 de la compagnie Air Bagan, un service boissons à bord et 35 minutes plus tard la descente commence.
Après quelques tribulations concernant nos valises qui ne voulaient pas tenir dans le coffre de la voiture, et donc changement de chauffeur, nous voici partis en direction de Pindaya en passant par Aungban à 26km puis 38 km. Nous sommes dans le sud de l’état Shan. La culture est autour de la tomate et de l’ail, la moutarde, en fleur actuellement tapissant les champs en blanc, pour faire de l’huile avec les graines pour les médicaments (ah les horribles cataplasmes que l’on nous mettait sur la poitrine quand on avait un rhume, horribles souvenirs), les cristofines, le riz, les choux-fleurs et le blé qu’elles sont en train de couper, puis de le laisser sécher et enfin de le battre pour récupérer les grains.
Nous nous arrêtons à Aungban sur un petit marché avec les produits locaux de l’agriculture, même des orchidées, mais aussi d’autres déjà travaillés comme de la pâte de riz, de tofu ou bien macérés.
20140119-150859.jpg20140119-150938.jpg20140119-150954.jpgLa route pour d’Aungban à Pindaya est très mauvaise et étroite mais avec de très beaux paysages entre pins, champs, terre du rouge au ocre.

20140119-151015.jpg20140119-151030.jpgNous parlons depuis peu d’essence végétale en Europe mais ici à partir de la graine d’un fruit ressemblant un peu à un marron ils fabriquent une huile qu’ils utilisent dans les moteurs de leurs vieux tacots et ils pétaradent bien.

20140119-151258.jpgVisite d’une fabrique de chapeau traditionnel Shan, fait en bambou exclusivement depuis les feuilles jusqu’aux décorations faites avec du bambou découpé en fines lamelles puis colorées.

20140119-151051.jpg20140119-151107.jpg20140119-151126.jpg20140119-151142.jpg20140119-151149.jpg20140119-151236.jpgDéjeuner au restaurant Green Tea, très belle architecture en bois au bord du lac. Un curry vert à la calebasse, spécialité locale, avec une petite sauce niokman dans lequel macère des morceau de piments et d’ail avec du riz blanc pour moi et pour Vava, un peu en vrac, du riz au poulet. Crêpes locales au chocolat en dessert, café, Coca et bière : 15000 kyats service compris !

20140119-151334.jpg20140119-151349.jpg20140119-151401.jpg20140119-151414.jpg20140120-083945.jpgA la sortie une petite exposition sur la fabrication des cigares birmans, à base tabac et de copeaux de palmier enroulé dans une feuille de maïs , et du savon fait à base des graines d’une variété d’acacia et du shampoing, et une superbe plante que l’on peut croire fausse tellement les feuilles ont l’air cousues et les tige laquée noir brillant.

20140120-084056.jpg20140120-084107.jpg20140120-084116.jpgL’hôtel, le Conqeror Resort, étant à côté nous prenons possession de notre chambre (la Danu comme l’ethnie). Elles sont toutes dans des petits bungalow en feuilles de bambou tissées ou bien en bois, avec un super grand lit, baignoire, douche avec de vrais galets, petite terrasse privative, bref le pied d’autant plus que l’hôtel à Mandalay était vraiment pas bien. Par contre ce qui ne change pas c’est le wifi qui, même quand on est connecté, ne veut rien laisser passer. Il faudra encore attendre les copains.

20140120-084223.jpg20140120-084238.jpg20140120-084251.jpg20140120-084258.jpgPindaya est à 1180 m d’altitude, et veut dire « j’ai tué l’araignée » en référence à une légende qui raconte que sept fées, sœurs de surcroît, enfermées dans la grotte par la toile d’une araignée gigantesque ont été sauvées par un prince qui en a profité pour épouser la sœur cadette. C’est aussi pour cela qu’une grosse araignée trône à l’entrée de la grotte.

20140120-092754.jpg20140120-092803.jpgC’est plus de 8000 bouddhas qui ont été déposés ici depuis des siècles. Autant hier on pouvait un peu penser à Bouddhaland autant aujourd’hui l’endroit porte au respect, à la sérénité. Tous les cars de touristes partent vers 15h00 pour dormir au Lac Inlay, où nous serons demain, et nous finissons seuls dans la grotte. Plus un bruit, plus une personne, que 8000 bouddhas et nous. Ambiance assurée, ferveur à son maximum. Il y en a des gros, des petits, des cachés, des devant, des derrières, dans de toutes petites pièces, des vieux, des nouveaux, des en jade, en plâtre, même en bambou (comme les 3 photographiés ensemble). En dessous est marqué, pour les plus récents, le nom des donateurs.

20140120-091841.jpg20140120-091856.jpg20140120-091908.jpg20140120-091916.jpg20140120-091929.jpg20140120-091952.jpg20140120-092011.jpg20140120-092027.jpg20140120-092040.jpgVava en a découvert un qui nous a bien surpris : Michel et Evelyne France, vous nous aviez caché votre dévotion à Bouddha et aussi votre voyage en 2010 ;0))).
20140120-084639.jpgPlus loin dans une montée d’escalier sont installés 28 bouddhas reprenant ses positions et ses significations. Celui avec l’index levé signifie qu’il n’est pas en colère, le même en France serait pris d’une manière différente.

20140120-092050.jpg20140120-092058.jpg20140120-092106.jpgVers la sortie, donc au début, deux petites tours en bois sculpté de bouddhas qui sont recouverts au fur et à mesure par les pèlerins de feuille d’or ! D’ailleurs, quelques statues sont usées à certains endroits par le frottement des mains dessus pour que leurs vœux soient exaucés. J’en ai profité pour toucher les genoux de celui médecin, si ça ne fait pas du bien ça ne peut pas faire de mal hein Alain ;0), ils vont d’ailleurs beaucoup mieux. Comme Vava, qui a fait son offrande dans l’urne de son jour de naissance, le mercredi, j’ai fait de même sur le samedi.

20140120-092113.jpg20140120-092124.jpg20140120-092131.jpg20140120-092140.jpg20140120-092153.jpg20140120-092205.jpg20140120-092742.jpgEn nous attendant notre chauffeur participe à une partie de foot birman, se jouant avec un ballon en bamboo, pas plus grand qu’un de handball. Les joueurs sont en rond et doivent se faire passer le ballon qu’avec les pieds, sans le faire tomber et en faisant des figures. Assez bluffant !
20140120-092813.jpg20140120-092825.jpgNous finissons par la fabrique de papier traditionnel Shan, fait à base d’écorce de mûrier sauvage qu’il faut faire bouillir pendant 5 heures pour l’attendrir puis la battre avec des marteaux en bois et enfin la mixer avec de l’eau. La mixture ainsi obtenue est délayée dans un tamis dans lequel des fleurs sont dispersées. Enfin le tamis sert aussi de séchoir, pendant deux heures au soleil. Ce papier sert à la fabrique d’éventails, de carnets, d’abats jours et d’ombrelles. D’ailleurs un peu plus loin, nous avons une démonstration de fabrication, toujours avec le bois du mûrier sauvage, de la partie centrale de l’ombrelle jusqu’au système permettant de la maintenir ouverte.

20140120-092838.jpg20140120-092844.jpg20140120-092853.jpg20140120-092900.jpg20140120-092906.jpg20140120-092913.jpg20140120-092918.jpg20140120-092925.jpg20140120-092934.jpg20140120-092942.jpg20140120-092953.jpg20140120-093000.jpg20140120-093005.jpg20140120-093011.jpg20140120-093016.jpgÉtant en altitude, le froid n’est pas descendu qu’à l’extérieur. De belle la chambre s’est rajoutée d’un nouvel adjectif : fraîche !
Dîner à l’hôtel, fort bon d’ailleurs, soupe thaï au poulet et vermicelles frient au poulet pour moi, un riz poulet pour Vava. Retour à la chambre où nous avons pris le chauffage demandé pour un ventilateur même si sa fonction est plus lampe éclairante que chauffage, nous ne pourrons pas le laisser pour la nuit. Heureusement des bouillottes sont à disposition et le temps de les faire chauffer les voilà dans le lit avec nous. On se glisse sous les couvertures, il fait très froid dehors.

20140120-084313.jpg20140120-084319.jpg20140120-084327.jpgBonne nuit les copains.

Catégories : Birmanie | Étiquettes : , , , , , , , , | Poster un commentaire

Navigation des articles

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

Propulsé par WordPress.com.

%d blogueurs aiment cette page :